Rechercher dans le site

Prestations


Qu'est-ce que le Mastering ?

 

Le mastering est l’ultime étape dans la vie de votre création qui va équilibrer les titres entre eux. Le mastering fait en sorte qu’ils sonnent de la même manière, globalement au même volume même si vous les avez mixés à des mois d’intervalle, et le plus important de tout faire en sorte qu’ils sonnent comme un disque, “like a record”.

 

Quel artiste n’a pas connu cette satisfaction immense d’écouter sa création une fois le mixage fini “à donf” sur les écoutes du studio et voir son enthousiasme retomber en écoutant le même mixage comparativement à d’autres en dehors de l’enceinte magique, remettant en cause le travail de l’ingénieur ?
Qui n’a pas connu cette joie en studio, jubilant à l’avance de la faire écouter à ses proches, se transformer en déception puis en doute en écoutant le fruit de son travail immédiatement après un CD du commerce ?
Seulement voilà, les CDs du commerce sont masterisés, eux, et pas le mixage !!!



La mastering était il y a quelques années encore assez subtil, si bien que de nombreux disques au format CD ne passaient pas par cette étape (surtout les autoproduits), mais à présent la différence de niveau (volume sonore) entre un titre mixé et un autre masterisé ne laisse plus de doute (voir plus bas notre espace demo pour mieux vous en convaincre), et le mastering est devenu incontournable et reste une étape créative.

 

La démocratisation du mastering

 


Aujourd’hui donc, le mastering se démocratise, conséquence de son utilisation devenue indispensable. Chaque home-studiste qui aura compris sa nécessité se sera essayé avec plus ou moins de réussite, préférant souvent investir la somme demandée par un studio spécialisé dans des plugins (ou plugs) ou dans des appareils externes pour approcher au plus près le volume et la clarté des disques du commerce.


Bien que beaucoup d’ingénieurs de mastering se battent contre cette guerre du volume (Loudness War), il est un fait indiscutable de nos jours, que pour qu’un titre donne l’impression de bien sonner, il doit être aussi fort et clair que les autres, au risque d’être rejeté par les directeurs artistiques des maisons de disques ou les programmateurs des radios. Alors tout le monde y va de son petit “gonflage” en le baptisant mastering arguant que ce n’est pas si sorcier finalement.

Malgrè cette démocratisation apparente, le mastering n’est pas aisé, car il n’y a pas de recette à appliquer pour obtenir le résultat escompté. Une longue pratique et une solide expérience dans le maniement des outils de trituration du son mèneront à cette indescriptible satisfaction d’entendre son titre sonner comme ceux du commerce, même à faible volume, voir les vu-mètre collés au rouge en ne décelant aucune saturation et surtout entendre sa création sonner aussi bien dans la sono de sa voiture que dans la vieille radio pourrie aux basses anémiques de tante Gertrude.

 

Le mastering, une affaire d'experts

 


crêtes-mètresIl est à la portée de n’importe quel Home-studiste de prendre au hasard un limiteur, tourner le bouton qui augmente le volume pour se rendre compte rapidement que coller les Vu-Mètres ne suffit pas à faire sonner un titre comme ceux du commerce. Et oui, l'art d'en mettre plein le Vu n'est pas à la portée du premier venu.


Le mastering ne se contente pas d’augmenter le volume du mixage, il doit permettre de le rendre plus clair et intelligible, en respectant au maximum les respirations, l’air !


Chaque titre exige donc un traitement particulier, il n’y a pas de recette toute faite, seule l’expérience permet à l’écoute du titre de savoir quelle chaîne de traitement sera la plus adéquate pour obtenir le résultat optimum.
Le style de musique a son importance aussi, on ne masterise pas du Hip Hop comme on le ferait pour du Jazz.

 

 

Réapprendre à écouter

 


Le problème du mixage qui ne sonne pas encore comme un disque subsiste, plongeant parfois les studios et leurs clients dans des remises en question de la qualité technique du produit fourni.
Il faut pourtant être conscient du fait qu’un mixage ne peut pas sonner comme un master.
Il faut se résigner à rééduquer nos oreilles à écouter un mixage ou à comparer les mixages à des disques de plus de 10 ans !!!!

 



Waves Max BCL

Le MAX-BCL de chez WAVES

 

Conscient de cette problématique, le fabricant WAVES a conçu le MAX-BCL, un appareil destiné à “gonfler” les titres mixés pour qu’ils puissent souffrir la comparaison avec un disque du commerce, les mixages ainsi traités ne peuvent pas être considérés comme masterisés, mais les ingénieurs n’ont plus la crainte que le client les appelle en leur demandant de refaire un mixage plus fort et plus clair, parce qu’ils viennent de le comparer avec le dernier Hit écouté en radio.
ESPACE DEMO

 

 

Le mastering ne fait pas de miracles ....


Un mixage médiocre ne se transformera jamais en master “de la mort”, au mieux, le son s’en trouvera fortement amélioré, parfois même de gros défauts seront corrigés, mais comme pour un édifice de bonnes fondations sont nécessaires, pour la musique un bon mixage est indispensable, et meilleur est le mixage, meilleur sera le master.
On peut dire d’une manière générale que l’on gagne un cran en qualité, si on a un mixage pour lequel on donnerait une note de C, le master résultant aura la note B, et il vaudra mieux parfois refaire un mixage plutôt que de chercher à tout prix à retrouver une qualité que l’on n’atteindra jamais au master.
Le rapport mixage-master est tel qu’à une certaine période les producteurs réservaient le studio de mixage pour 2 ou 3 jours permettant ainsi de faire l’aller-retour avec le studio de mastering pour apporter les corrections adéquates au mixage pour obtenir un master plus percutant. Aujourd’hui moult studios d’enregistrements proposent également le mastering mais peu ont une pratique suffisante et régulière pour prétendre offrir un réel mastering de qualité comparable aux studio qui en font leur spécialité. C’est pourquoi au studio de la côte, nous proposons à nos client de faire un test leur permettant de comparer et d’écouter notre travail dans différents lieux et conditions.

 

 

 

Espace Démo

 

Cette partie est en cours de réalisation

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 2